La saison estivale est la période qui permet de déjeuner en plein air tout en se dorant au soleil. Mais, bonjour aussi les guêpes. Leur présence peut être un danger, surtout les guêpes africaines.

À la découverte de la guêpe africaine

Connu autrement par l’appellation Apis mellifera scutellata, on se réfère ici à une espèce originaire de Namibie qui a fait invasion en France. À vrai dire, cette variété de guêpes a pris pied au Brésil en 1957. Par la suite, elle a colonisé presque toute l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale et aussi le sud des États-Unis. Cela est dû au fait que le Brésil a, pendant un certain temps, importer quelques reines africaines afin d’effectuer quelques expériences en vue d’augmenter leur productivité de miel. Cependant, une vingtaine de reines se sont échappées accidentellement du centre expérimental et se sont éparpillées dans toutes les régions. Ce fut le début de l’invasion et a donné naissance à des hybrides appelés les abeilles tueuses.

Les particularités de l’Apis mellifera scutellata

L’Apis mellifera scutellata ressemble morphologiquement aux différentes variétés d’abeilles européennes. Mais leur ressemblance s’arrête là. Par rapport à leurs cousines d’Europe et d’Asie, les guêpes africaines sont très invasives et agressives. Leur position de force leur permet de coloniser les ruches d’abeilles plus pacifiques. En effet, de simples perturbations sont susceptibles de les exciter et les mener à manifester leur autodéfense. Par ailleurs, leur piqûre peut être mortelle. Elles se reconnaissent également, par leur résistance aux maladies et aux conditions climatiques. Ceci s’explique par le fait qu’elles aient franchi la barrière naturelle des zones désertiques des États Nord-Américaines. Au cours de ce voyage, elles ont pu faire quelques arrêts dans des villes dans l’optique de trouver tout ce qui leur est nécessaire pour survivre. Par exemple, dans des jardins, des parcs où sont plantées des fleurs à nectar, des piscines, etc. De plus, les conditions météorologiques ne les ont jamais empêchés de sortir pour trouver de quoi survivre. Toutefois, lorsque les ressources au tour de leur ruche deviennent de plus en plus rares, cela les mène à quitter leur demeure pour trouver une autre zone plus abondante. Actuellement, une invasion d’espèces plus agressive originaire du Sud nommée Apis mellifera capensis est encore localisée en Namibie. C’est un vrai parasite depuis le stade larvaire jusqu’au statut de pseudo-reine. Celle-ci est capable de déchirer les ruches du Scutellata.

Le danger que représente cette espèce

Depuis la découverte de l’invasion des reines africaines, des milliers de victimes ont succombé à des envenimations mortelles consécutives. À vrai dire, ce n’est pas vraiment le poison transmis par la piqûre qui est dangereux. Les Apis mellifera scutellata ne contiennent pas plus de toxine que le venin des abeilles européennes. Cependant, elles infligent un grand nombre de piqûres en même temps, et elles attaquent à plusieurs. Les bruits et les odeurs sont les premières sources de leur colère. Ceux-là les incitent à attaquer et à piquer l’intrus, et s’il le faut, à le suivre jusqu’à plus d’un kilomètre de leur ruche. Comme toutes les espèces connues, une piqûre leur fait perdre leur dard et leur poche à venin. Mais, le pire est que cela laisse sur la victime des phéromones d’alarme attirant toutes les butineuses de la ruche, leur indiquant une proie à abattre. C’est justement ce qui différencie les guêpes africaines des guêpes européennes.

Où peut-on trouver les nids de ces guêpes ?

Dans le but d’éliminer les guêpes envahissant notre habitation ou les lieux qui nous entourent, il importe de trouver en premier lieu, leurs nids. Ainsi, nous empêcherons que leurs ruches prennent encore du volume, ce qui compliquera leur extermination par la suite. Le mieux sera de prévenir la situation à l’avance plutôt que d’avoir à se débarrasser de grosses ruches plus tard. Notons, en effet, que toutes les abeilles, quelle que soit leur espèce, adorent ce qui est sucré. Ainsi, elles peuvent bien nicher dans notre jardin, notamment dans les arbres fruitiers et les endroits bordés de fleurs. Dans ce cas, il importe de regarder en hauteur. On trouvera alors une sorte de nids ressemblant à des bouts de papier mâché, collé les uns aux autres. On y trouvera également des alvéoles autour. Attention, les guêpes africaines sont très sensibles. Elles peuvent détecter des prédateurs, même à quelques mètres de leurs nids. Autrement, les cachettes susceptibles d’abriter des nids sont la toiture, les volets, derrière les boîtes aux lettres, etc.

Comment s’en débarrasser ?

La présence des guêpes dans les alentours est vraiment dangereuse. Mais, il est encore plus fatal de tenter d’enlever leurs ruches soi-même. Il vaut mieux faire appel à des professionnels en extermination pour une telle tâche. En outre, si cela n’est pas possible ou si les guêpes viennent juste de s’installer, il faudra agir avec prudence. Pour ce faire, et à titre de précaution avant que les professionnels agissent, quelques conseils s’imposent. Une solution est d’avoir un aérosol insecticide spécifique à disposition. Ce dispositif s’utilise uniquement en extérieur afin de frapper nos amies les guêpes et leurs copines à la dépourvue. Ainsi, nous ne risquerons pas de nous faire piquer du fait que le jet peut s’effectuer à 4 mètres du nid. Cependant, il faut agir étape par étape. L’idéal est d’attaquer le soir, alors que le nid est endormi ou est au ralenti. De ce fait, il faudra se munir d’un sac en plastique et d’un sécateur. Entre autres, il importe de bien se couvrir, c’est-à-dire de porter des habits longs et épais, ainsi que des gants et un chapeau à voilage. Notons que cette technique n’est possible que pour une seule ruche. Il faut agir vite et faire preuve de courage. Coupez alors le pédoncule du nid avec une main. Ensuite, mettez-le instantanément dans le sac plastique à refermer hermétiquement. Ce dernier sera à placer pendant 48 heures dans le congélateur, car le froid tuera les bestioles. Ainsi fait, il faudra attendre le lendemain pour constater les dégâts et nettoyer les alentours.

Que faire en cas de piqûre ?

La piqûre des guêpes est très douloureuse. Elle se transforme en un rien de temps en une brûlure aigüe. En effet, le venin agit rapidement et peut provoquer un œdème. Les piqûres multiples peuvent être mortelles en raison de l’importante quantité de venin reçu par la victime. On estime ainsi que le risque mortel s’évalue dans les environs de 30 piqûres de guêpe, notamment de l’Apis mellifera scutellata pour un adulte en bonne santé. Ici, une intervention rapide est nécessaire. Toutefois s’il s’agit d’une seule piqûre, il est primordial de retirer le dard sans le presser s’il est visible et accessible. Et en cas d’allergie ou de détresse respiratoire, il convient d’aller immédiatement à l’hôpital ou contacter un médecin d’urgence.

A qui faire appel en cas d’invasion ?

La première solution pour une éradication des guêpes invasives, est de se renseigner auprès de la mairie de sa région. À vrai dire, certaines communes, bien que très rares, proposent des services d’extermination de guêpes. Sinon, plusieurs compagnies professionnelles dans ce domaine peuvent intervenir à tout moment. Toutefois, il faut savoir que ce service est payant, mais très efficace. De plus, le recours à des professionnels évite tout danger. Les agents exterminateurs sont bien équipés et excellent dans leur métier.

La guêpe africaine, ou abeille tueuse (apis mellifera scutellata)
5 (100%) 1 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here